A sec la grande soif des multinationales

Afrique, OGM et Bill Gates

Animal

Au nom de la mer

Bigger Than Us

Bornéo forêt disparue

Champ de Luttes, Semeurs d'Utopie

Chardonnerets et des hommes

Cinq nouvelles du cerveau

Dans la géopolitique du climat

Douce France

Eco-anxiété, malédiction ou nécessité ?

Eliott et les loups

Enfer au paradis

Ensemble... vivre

Fast fashion

Fjellrev, la quête scandinave

Food fraud

Genève du pétrole à tout prix

Graines d'alpage

Graines de résistances

Green Warrior - Cursed Uranium (Vert de rage - l'uranium de la colère)

Héros Ordinaires Neuchâtel

Jean Jouzel

L'homme aux mille vipères

La frontière

La puissance de l’arbre

Le ali non sono in vendita

Le cimetière enchanté

Le climat et moi

Le pouvoir du design

Le saumon, un bon filon

Lynx

L’héritage Vavilov, une chance pour la biodiversité

Manger autrement

Ogres de la Terre

One Earth - everything is connected

Où sont passées les lucioles?

Ours en moi

Poumon vert et tapis rouge

Push - chassés des villes

Quand l'homme n'est pas là

Réchauffement climatique que peut supporter le corps humain

Rouge

Sécheresse en Europe - catastrophe en vue

Sunu Toll (Notre champ)

Sur les traces de la panthère des neiges

Tandem local

Terre vue du coeur

The house we live in

The Soul of a cyclist

The troublemaker

Un monde sous vide

Vert de rage - du charbon dans les poumons

Vert de rage - engrais maudits

Vie sauvage des monuments

De l'argent propre avec de l'air pollué

Conçu pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre, le protocole de Kyoto repose sur l'idée suivante: les pays qui émettent peu de CO2 peuvent vendre des certificats aux pays qui en produisent d’importantes quantités. Mais des dérives sont vite apparues et au lieu de réduire les émissions de CO2, le dispositif les a favorisées. Depuis 2005, les certificats se négocient en bourse comme d’autres valeurs soumises aux lois du marché. L’Union européenne a accordé aux entreprises de chimie, sidérurgie, énergie, cimenterie et papeterie des droits de polluer pour 200 milliards d’euros. En contrepartie, elles devaient investir dans des technologies plus avares en CO2. Or, dans nombre de cas, elles ont tout simplement délocalisé leurs nocives activités vers des pays moins regardants.

Réalisateur-trice: 
Inge Altemeier
Pays: 
Allemagne
Année: 
2013
Durée: 
53min.
Langue(s): 
Français
Age: 
10
Age suggéré: 
12
Année de sélection: 
2015

Dates pour ce film

Historique des projections

2015

28.03.2015, 20:00 Meinier - GE De l'argent propre avec de l'air pollué

 

Débat/Discussion après les films

07.03.2015, 17:00 La Neuveville Diesel - Le scandale français /De l'argent propre avec de l'air pollué