Le Festival du Film Vert - la suite

Le Sentier, le 24 août 2020

Interrompu abruptement le 13 mars en raison du COVID, après deux semaines et une soixantaine de projections, la 15ème édition du Festival du Film du Vert va reprendre du 11 septembre au 15 novembre.

Parce que les questions environnementales ne doivent pas être oubliées en ces temps compliqués, l’organisation du Festival du Film Vert a décidé de reprogrammer cet automne, dans les lieux où c’est possible, les séances qui ont été annulées ce printemps. Plus de 170 projections de documentaires sur l’écologie, la nature et le développement durable auront donc lieu dans toute la Suisse romande, en France voisine et au Tessin.

Naturellement, les mesures sanitaires cantonales et fédérales seront respectées – en principe, les règles en vigueur pour les cinémas s’appliqueront également au Festival.

 

 

Le Sentier, le 13 mars 2020

Le Festival du Film Vert annule ou reporte toutes les projections à partir du 13 mars 2020.

Dans le respect des mesures édictées par les gouvernements suisses et français et les différentes autorités cantonales, l'organisation du Festival du Film Vert a décidé de suspendre toutes les projections prévues dès le 13 mars et jusqu'à la fin des dates prévues.

Les équipes qui organisent le festival sont évidemment désolées de cette situation, mais comprennent bien que la santé des spectateurs et de la population en général est une priorité absolue.

Dans la mesure du possible, les séances seront reportées à une date qui sera communiquée ultérieurement, lorsque l'épidémie de COVID-19 sera passée. 

 

Pregny-Chambésy, le 7 mars 2020

Le Festival du Film Vert récompense Ours, simplement sauvage et Main basse sur l'eau ! Ce samedi 7 mars à Pregny-Chambésy, le Prix Tournesol du Documentaire Vert 2020 a été décerné par un jury international au film Ours, simplement sauvage, de Vincent Munier et Laurent Joffrion (France, 2019). Selon le jury, « la combinaison du message sur la fragilité de nos écosystèmes et du lien entre l'homme et la nature, et la qualité de l'image, du son et de la réalisation nous ont particulièrement impressionné. Ce film montre les tréfonds de la nature, le cœur de ce qu'est la nature. C'est le résultat à la fois de la sensibilité et la haute maîtrise technique des auteurs. Sans vouloir vous gâcher la fin, la conclusion de ce film nous a tous laissés sans voix.» 

Et le jury a également souhaité decerner une mention spéciale à Main basse sur l'eau, de Jérôme Fritel (France, 2019) : « Sur le plan de la réalisation ce film n'a rien à voir. Le travail de recherche et la valeur du message y sont d'une qualité exceptionnelle. Mais cela n'a pas été fait au détriment de la qualité esthétique et technique du film. Les perspectives que nous laisse ce film sont très inquiétantes mais le message nous a semblé essentiel.» 

Les autres nominés sont :

- Honeyland, de Ljubo Stefanov et Tamara Kotevska, Macédoine, 2018

- L'homme a mangé la terre, de Jean-Robert Viallet, France, 2018

- La face cachée du cacao, de Paul Moreira, France, 2019

- On a 20 ans pour changer le monde, d'Hélène Médigue, France, 2018

 

 

Message à propos du virus COVID-19

Toute l'équipe d''organisation du Festival du Film Vert prend la santé de nos spectateurs au sérieux, et nous suivons les directives nationales et régionales. Mais nous ne voulons pas céder à la panique, et considérons que les mesures annoncées par les autorités ne concernent pas les projections de films dans les salles.

Au 9 mars, les cinémas restant ouverts, la plupart des séances prévues sont donc maintenues, sauf celles de Lugano, Rue et Sion qui sont reportées à une date qui sera communiquée ultérieurement. Pour les autres séances, les spectateurs sont priés de laisser leur nom et coordonnées à l'entrée pour pouvoir être recontactés en cas de contamination avec ce virus.

Et nous invitons instamment toute personne à risque de renoncer à prendre part aux projections. Nous rappelons que les comportements de chacun doivent être adaptés pour éviter davantage la propagation du virus.